Home
 
 
Zootherapie

Les bienfaits de la zoothérapie


La zoothérapie est une médiation qui se pratique en individuel ou en petit groupe à l'aide d'un animal familier, consciencieusement sélectionné et éduqué sous la responsabilité d'un professionnel, appelé « zoothérapeute » dans l'environnement immédiat de personnes chez qui l'on cherche à éveiller des réactions visant à maintenir ou à améliorer leur potentiel cognitif, physique, psychosocial ou affectif.
On peut également définir la Zoothérapie comme une méthode de travail qui favorise les liens naturels et bienfaisants, entre les humains et les animaux, et qui s'applique à toutes les activités impliquant l'utilisation d'un animal auprès de personnes, à des fins préventives, thérapeutiques, récréatives ou éducatives.
La zoothérapie mise beaucoup sur la réciprocité dont fait preuve l'animal de compagnie et sur son potentiel de stimulation et de motivation.



Une précision importante est à apporter. Il existe l' AAA (Activité assistée par l'animal) et la TAA (Thérapie assistée par l'animal).
Même si la différence dans un premier temps ne semble pas importante, elle est pourtant significative.

Dans le cas de l'AAA, nous sommes en présence d'activités permettant d'améliorer la qualité de vie en augmentant la motivation et la participation aux loisirs récréatifs et éducatifs.
Elle peut se pratiquer dans des milieux très variés mais est également prodiguée par un professionnel Zoothérapeute.
Par exemple pour une personne en rééducation, la présence de l'animal va le stimuler dans ses exercices physiques, voir le responsabiliser vis-à-vis de l'animal.
Dans l'activité assistée par l'animal ; le but est de rester (ou redevenir) actif en s'occupant à nouveau de son quotidien.

Dans le cas de la TAA , la Zoothérapie est une méthode d'intervention qui fait appel à des animaux familiers. Ils sont soigneusement sélectionnés, éduqués et introduits par un professionnel qualifié dans l'environnement immédiat d'une personne chez qui l'on cherche à suiciter des réactions visant à maintenir ou à améliorer son potentiel cognitif, physique, psychosocial ou affectif.

L'animal a un rôle de médiateur entre le zoothérapeute et le sujet concerné.
L'animal va favoriser une alliance thérapeuthique entre ces deux individus.
Au cours des séances, le zoothérapeute fait appel à la remarquable habilité de l'animal à susciter chez le patient des réactions.
Le zoothérapeute joue là un rôle actif en organisant et orchestrant le déroulement des séances.

L'animal va avoir un rôle « d'objet intermédiaire » (ce qui ne dévalorise en rien la présence de celui-ci sans qui l'intervention serait beaucoup plus difficile voir même parfois impossible).
Pour pouvoir jouer au mieux ce rôle de prime importance, « l'objet intermédiaire » (ou animal) doit avoir :
Une existence réelle et concrète,
Un caractère inoffensif,
Une grande malléabilité (il doit pouvoir s'adapter à diverses situations),
Une bonne assimilation pour pouvoir favoriser une relation suffisamment intime de manière à ce que le sujet puisse s'identifier à lui et l'utiliser comme un prolongement de lui-même.
Une identification aisée pour se faire reconnaître immédiatement.

Pour toutes ses raisons, l'objet intermédiaire favorise une baisse du niveau d'anxiété dans des états qui, étant par nature incontrôlables, n'auraient pas permis un comportement adapté.
L'emploi de cet « objet utilitaire » permet d'avoir une réponse souvent impossible à obtenir personnellement de façon directe.

Le zoothérapeute (et son animal) agit en complémentarité des autres professionnels tels que l'orthophoniste, le kinésithérapeute, le psychomotricien, l'ergothérapeute, l'infirmière, le pédiatre, etc...
De même dans le secteur social, la zoothérapie peut venir en aide aux éducateurs spécialisés, aide médico psychologique, psychologue, assistante sociale, auxiliaire de vie scolaire, animateur social.


Les bienfaits du lien animal


«Tendre Patte» ou : "quand les animaux viennent en aide aux humains
 

Tous peuvent être concernés ; les enfants, les adultes ou les personnes âgées.
Chacun à sa façon quelque soit sa difficulté ; handicap physique, handicap psychique, mal-être, manque de confiance en soi, etc...

Je souhaite apporter un mieux-être à toutes ces personnes avec l'étroite collaboration de nos amis les animaux.

 

Rôle et mission,

Il s'agit de faire reconnaître l'animal en tant que médiateur thérapeutique au sein de notre société.
L'intervention assistée par médiation animale est une méthode de travail qui peut se pratiquer en individuel ou en petit groupe.Dans tous les cas et quel que soit le lieu d'intervention, on cherchera à rendre encore plus fort et à mettre à profit ce lien qui existe depuis des millénaires entre l'homme et l'animal.

Dans cette relation on va pouvoir mettre en évidence les bienfaits du contact animal.
Toutes les activités impliquant la présence d'un animal auprès de personnes auront des effets bénéfiques sur le plan thérapeutique, préventif ou éducatif .Nous pouvons même parler d'intégration grâce à l'animal voir de réinsertion dans le cas de certaines personnes. 


Les personnes en situation de handicap physique ou psychique se sentiront revalorisées, mises en avant dans les responsabilités qui pourront leur être demandées vis-à-vis des animaux.

Dans tous les cas, l'animal sera un moyen de faire progresser l'homme quel que soit son besoin.
L'animal médiateur sans qui, cette thérapie ne pourrait avoir lieu sera respecté comme tout individu. Nous sommes conscients qu'il apporte ses aptitudes au profit des hommes.

Besoin de la médiation par l' animal,
 

Actuellement, nous prenons conscience du nombre de personnes qui sont dans l'attente d'un certain mieux-être. Beaucoup de structures malgré leur bonne volonté ne peuvent subvenir à leurs besoins: Les maisons de retraite, les institutions, les foyers pour jeunes en difficulté, les maisons d'hébergement, le milieu carcéral, etc...

Notre société est actuellement en plein développement de structures d'aides à la personne. Je suis convaincue que mon projet trouve là tout son intérêt. Il peut intégrer légitimement une place importante que je suis persuadée de pouvoir développer favorablement au profit des mes semblables avec l'aide de nos amis à quatre pattes.

Animaux médiateurs participants

Au fil du temps, nous nous sommes rendu compte de l'utilité des animaux.
Utilisés comme compagnons de chasse, ils ont ensuite eu une place importante dans l'élevage, les travaux agricoles, le travail dans les mines de charbon.
Au cours de l'évolution de notre société, avec l'industrialisation, l'animal a perdu un peu de son intérêt. 
Il a été relégué au rang d'objet, mais toujours avec une reconnaissance du bienfait de sa présence. 

En effet ce n'est pas nouveau que de constater que les liens qui existent entre les hommes et les animaux sont bienfaisants.
Pourtant aujourd'hui on semble vouloir redonner à nos amis à quatre pattes un statut qu'on leur avait retiré.

Après de nombreuses études scientifiques menées auprès des sujets concernés, il apparaît comme évident que la simple présence d'un animal a des bienfaits incontestables. Par exemple, pour les personnes angoissées et très nerveuses, la seule présence de l'animal leur permet d'abaisser leur rythme cardiaque.
Pour une personne ayant des problèmes articulaires, la manipulation d'un animal va lui permettre de travailler ce point. 
Pour une personne en rééducation physique, la présence et le jeu avec l'animal vont lui permettre de s'améliorer sans avoir réellement l'impression de forcer. 

Beaucoup de types d'animaux peuvent convenir, tels que les chevaux, les dauphins, les ânes, les lamas, les chèvres,les poules, les lapins, les cobayes, les chiens.(Cette liste n'est pas exhaustive). 
Il faut être conscient que certains animaux seront plus difficiles à utiliser que d'autres, en fonction de leur milieu de vie (le dauphin), en fonction de leur taille (chevaux, ânes plus compliqués à déplacer). Ces animaux peuvent tout à fait avoir un rôle de médiateur mais dans ce cas-là ce sera le sujet qui se déplacera vers l'animal.


Pour ma part, je vais choisir d'intervenir avec deux catégories d'animaux qui sont le chien (Cavalier King Charles) et le cochon d'inde.

Tout d'abord le chien qui est rassurant pour la plupart des « hommes », il inspire confiance, il est de petite taille. Sa texture de poils est très agréable au toucher, il est pourvu d'une grande patience, il est affectueux, pour des personnes à mobilité réduite, il est possible de placer le chien tout près des sujets (sur les genoux par exemple), pour des personnes dont il faudra travailler la motricité, les différents exercices de manipulation dont le brossage seront de bons exercices de mouvance. Pour des enfants, la taille est attractive et l'envie de jouer dont fait preuve le chien sera un atout précieux dans les activités à proposer. 

En ce qui concerne le cochon d'inde, il a été choisi de façon réfléchie.  Il est depuis son plus jeune âge éduqué pour des manipulations spécifiques à nos interventions. D'un caractère très doux et placide, il accepte facilement les caresses, le brossage, ainsi que certaines maladresses de manipulation. Il a également été sélectionné pour sa petite taille.
Il peut être proposé facilement à une grande diversité de population. Les personnes âgées, les personnes à mobilité réduite, les personnes en rééducation, les enfants.

 

Un point crucial dans la dispense de notre activité, c'est que l'animal médiateur qui joue un rôle primordial et essentiel doit répondre à des normes préétablies de santé, de comportement et d'éducation.


Quel que soit l'animal participant, l'intervention médiatique est une action qui se prépare. 
En étroite collaboration avec un vétérinaire, il faut toujours avoir connaissance de l'état de santé de son animal. Dans ce but il faut faire établir régulièrement un certificat de bonne santé par le praticien.(à la charge du zoothérapeute).


Bibliographie


  • Isabelle Robert : "Un chien raconte la médiation animale"
  • Chertkow h et Bergman h : troubles cognitifs et diagnostic précoce de la démence.
  • M Arcand et r Hébert : précis pratique de gériatrie.
  • Kongable l g Buckwalter k c et Stolley jm : the effects of pet therapy on the social behavior of institutionalized Alzheimer's clients.Archives of psychiatric nursing.
  • Thériault g : methods d'intervention auprès des gens atteints de la maladie d'Alzheimer et autres troubles cognitifs ( soignants naturels, familles et intervenants). Société Alzheimer du Sagueney lac st jean 1993.
  • Geneau d : neuropsychogériatrie. Centre de consultation et de formation en psychogériatrie 1999.
  • Martin f et c Brousseau : la zoothérapie de A à Zoothérapie Québec, Montréal, zoothérapie québec 1998.
  • Friedman e : contribution des animaux familiers à la santé et à la guérison. Les bénéfices de la possession d'un animal de compagnie 1991.
  • Walsh pg , Mertin pg , Verlander df : the effects of a « pets as thérapy », dog on persons with dementia in a psychiatric ward. The effects of animals-assisted thérapy on anxiety ratings of hospitalized psychiatric patients. Psychiatric services 1995.
  • Zisselman mh, Rovner bw, Shmuely y et Ferrie p. A pet therapy intervention with geriatric psychiatry inpatients. The American journal of occupational therapy 1996.
  • Barnett j et Quigley j : animals in long-term care facilities; a framework for program planning, the journal of long-term care administration, 1984.
  • Maheu s e : guide de formation destine aux animateurs de groupes de soutien Alzheimer, Montréal, Société Alzheimer de Montréal 1991.
  • Taillefer d : stratégies de diversion dans la gestion de l'agitation pathologique lors d'actes de soins critiques chez la personne atteinte de démence de type Alzheimer.
  • Levesque l, Roux c et Lauzon s Alzheimer : comprendre pour mieux aider, Montréal, 1990. 
  • Konrad Lorenz : Les animaux ces inconnus 1953.Evolution et modification du comportement ; l'inné et l'acquis1967.Il parlait avec les mammifères, les oiseaux et les poissons 1968.Tous les chiens, tous les chats 1970. Essais sur le comportement animal et humain 1970 /1971. Les oies cendrées 1989. 
  • Winnicot, pédiatre Anglais , « la communication directe ou méthode psychanalytique ». « L'animal devient un objet transitionnel ». L'enfant et le monde extérieur 1988. L'enfant et sa famille 2002. Traité médico-philosophique de l'aliénation mentale 2006.
  • Gilbert G : Des loups dans la bergerie 1996.
  • Beiger F : Onze chiens, un homme, une passion 1996. Nunavik, entrelacs 1999. Objectif Groenland 2003. Le mystère de l'île d'Apkpatok 2004. Le voyage d'Ituk 2006. L'enfant et la médiation animale 2008.